Comment repérer les maladies fongiques ou bactériennes des plantes?

sol-enrichi

Apprendre à reconnaitre les maladies fongiques ou bactériennes des plantes est le but de cet article. La connaissance de la manière d’identifier les maladies  des plantes grâce à l’observation des symptômes,  peut vous aider à diagnostiquer les problèmes. Comment reconnaître si la maladie qui atteint votre plante est d’origine fongique, virale, bactérienne ?

Les maladies fongiques

Comment repérer les maladies des plantes? Avant tout il faut savoir qu’environ 85% des causes de maladies des plantes sont d’origine fongique. Cependant, d’autres maladies graves des végétaux peuvent être causées par des organismes viraux et bactériens. Pour repérer repérer les maladies des plantes, il faut accorder une certaine vigilance aux causes.   Certaines maladies des plantes sont causées par des éléments dits « abiotiques ». Ce sont des maladies non infectieuses. Parmi elles on compte les dommages causés par la pollution de l’air, les carences nutritionnelles, les toxicités ou tout simplement le climat (forte chaleur ou froid extrême) et se développent dans des conditions non optimales.

L’observation, pour repérer les maladies fongiques et bactériennes des plantes

Mais pour l’instant, examinons les maladies causées par les trois principaux éléments pathogènes : les champignons, les bactéries et les virus. En cas de  suspicion d’une maladie des plantes, il faut apporter une attention particulière à l’apparence des plantes. Ceci donne un bon indice concernant le type d’agent pathogène impliqué. Vous l’aurez compris, un signe de maladie des plantes que nous pouvons observer est une preuve physique de l’agent pathogène. Pour exemple, les fructifications fongiques sont un signe de maladie.

Cas de l’oïdium, maladie fongique de la plante

Une forte hygrométrie (rosée, brouillard, pluie fine, confinement de végétation), associée à une période de chaleur stimule la germination des spores de l’oïdium. Quelques jours plus tard un feutrage blanc tirant sur le gris poudreux se développe sur différents organes végétaux. Lorsque vous regardez l’oïdium évoluer sur une feuille de lilas ou sur un plan de tomates, son aspect ressemble à un feutrage blanchâtre. En effet le dessus des feuilles se couvre de points blancs.  Le feutrage s’étend ensuite aux faces inférieures puis à la totalité des feuilles, avant de gagner toute la plante. Les feuilles se déforment, se dessèchent et, en absence de traitement, la plante finit par mourir. En réalité ce que vous regardez est en fait l’organisme de la maladie fongique parasite lui-même, le Microsphaera alni.

  • La lutte curative contre l’oïdium consiste à éliminer les pousses atteintes.Brulez ou compostez les feuilles tombées au sol.
  • En lutte préventive, évitez de cultiver dans les endroits ombragés. Respectez les distances de plantation pour que l’air circule. Enfin, évitez le surdosage d’engrais azotés.

Le chancre fongique ou bactérien

Les plantes blessées accidentellement ou conduites par la taille sont exposées à des chancres et à des infections au niveau de la coupe. Les plaies de taille sont contaminées par des champignons ou des bactéries responsables du chancre. Les chancres fongiques sont redoutables par temps doux et humides. De nombreuses plantes telles que le buis, la charmille, le cyprès, le rosier ou encore le troène y sont sensibles. Les chancres bactériens quant à eux sont plus ou moins graves selon leur virulence et les plantes hôtes : agrumes, cerisiers, frêne ou encore peuplier. Ils sont fréquents chez les arbres à fruits à noyau. Cette maladie affecte principalement les plantes de la famille des Rutaceae et notamment les agrumes.

Dans les deux cas ils provoquent la gommose, un exsudat bactérien émergeant des chancres. L’exsudat, un liquide épais, se compose principalement de bactéries. Il s’agit d’un signe de la maladie, bien que le chancre lui-même, composé de tissu végétal, soit un symptôme. Ainsi, un des symptômes de maladie des plantes est en tout premier lieu  l’effet visible de la maladie sur la plante. Les symptômes peuvent inclure un changement détectable de couleur, de forme ou de fonction de la plante lorsqu’elle réagit au pathogène.

  • La lutte curative du chancre consiste, en hiver, à couper et brûler les parties chancreuses.  Désinfectez ensuite les outils à l’alcool à brûler.

La verticilliose

Ainsi, un des symptômes des maladies fongiques ou bactériennes des plantes est en tout premier lieu  l’effet visible de la maladie sur la plante. Les symptômes peuvent inclure un changement détectable de couleur, de forme ou de fonction de la plante lorsqu’elle réagit au pathogène. Ci-dessous un troisième exemple pour repérer les maladies des plantes. Le flétrissement des feuilles est un symptôme typique de la flétrissure verticilienne ou verticilliose. Il a pour cause les pathogènes fongiques des plantes. Les symptômes courants de la brûlure bactérienne comprennent des lésions brunes et nécrotiques entourées d’un halo jaune vif au bord de la feuille ou à l’intérieur de la feuille. Ce dernier aspect, en  général, s’observe sur les plants de haricots. Quoiqu’il en soit, vous ne voyez pas réellement l’agent pathogène de la maladie dans le cas de la flétrissure verticilienne, mais plutôt un symptôme que cause l’agent pathogène.

Flétrissure verticilienne sur plan de pomme de terre

Les tâches foliaires fongiques

Les tâches foliaires portent les noms des champignons responsables des maladies fongiques ou bactériennes des plantes que l’on observe. Par exemple quand il s’agit de tâches brunes les noms des maladies associées sont l’alternariose, l’anthracnose, le cylindrosporiose, l’entomosporiose etc.. Les tâches poudreuses ou pustules sont associées au charbon ou à la rouille. Selon les cas ces tâches peuvent être multiples ou isolées, larges ou petites, disséminées sur l’ensemble du limbe. Certaines sont confluentes ou tout simplement limitées au bord de la feuille.

Tâches foliaires sur feuilles d’Aucuba japonica

Enfin certaines tâches sont entourées ou non d’un halo jaunâtre, violacée ou rouge. Il arrive que sous l’effet de l’humidité, la feuille se couvre de petites fructifications, puis se déchire. Dans ces cas la maladie progresse sous forme de chancre. A savoir que les champignons peuvent se conservent en hiver entre les écailles des bourgeons ou sur les rameaux. Enfin, il est possible de confondre les tâches foliaires par des brûlures solaires, une carence nutritive, les dégâts dûs au gel ou un excès de salinité.

On peut voir qu’il y a beaucoup de similitudes entre les symptômes des maladies fongiques ou bactériennes des plantes. En outre, les maladies abiotiques, les dommages causés par les herbicides et les problèmes de nématodes doivent être considérés comme possibles lorsqu’un problème végétal inconnu apparaît. Ces listes ne sont ni complètes ni exhaustives, seulement quelques exemples pour vous permettre d’identifier quelques maladies des plantes.

Si vous avez aimé cet article vous êtes libre de le partager! :)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Aucun commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icone pour vous connecter